titre photo

 

                                                     

                                               La dimension industrielle

                                         d’un savoir faire artisanal breton

Picto-terre

 

 

> « Notre premier métier, c’est brasseur ! »

 

Dans le Morbihan, au roc Saint André, la brasserie Lancelot produit des bières reconnues pour la richesse de leurs saveurs: Cervoise, Lancelot, Duchesse Anne (fleuron de la marque), Blanche Hermine, Telenn Du, Bonnets rouges, Morgane… Créée en 1990, l’entreprise propose une vingtaine de références différentes et affiche aujourd’hui un CA global qui dépasse 20 millions (entre l’activité soft & Bière). Depuis 1994, Stéphane Kerdodé et Éric Ollive dirigent l’entreprise.

 

> Une appartenance à la région Bretagne

 

Non filtrées, non pasteurisées les bières sont naturellement refermentées en bouteilles et en fûts. Phare Ouest (qui produit le fameux Breizh cola) et sa filiale Lancelot sont présents sur tous les événements et festivals locaux. La brasserie propose ses bières permanentes, biologiques et événementielles, principalement à destination de la consommation Hors Domicile (dont 50 % à la pression) pour 65% du volume, 30 % en GMS, 5 % à l’export et réseaux épiceries fines… à l’inverse du soda qui se divise entre GMS pour 70 % et les 30 % restants à la CHD.

photo personnes

 

 

 

 

> L’amélioration continue

 

Chaque année, l’entreprise procède à des investissements matériels entre 500 000 et un million d’euros pour les deux filiales (Lancelot et Phare Ouest), hors grosse période 2011 où ils atteignaient 4,5 millions d’euros pour les nouvelles lignes, permettant notamment de passer de 2500 bouteilles/heure à 6000 bouteilles/heure (pour la partie bière). En 2016, la brasserie s’équipera de six fermenteurs (cuves de fermentation) de 160 hectolitres pour près de 300 000 euros.

photousine 2

 

> Cap sur le Phare Ouest

 

Au début des années 2000, l’entreprise souhaite diversifier  la production avec des produits sans alcool. Les premières bouteilles de cola breton sortent de l’usine en 2002. « C’est proposer une alternative au consommateur. Aujourd’hui, si le Breizh Cola a toujours du succès, c’est que gustativement, le produit plaît. Si nous avions fait un copié-collé de grandes marques, nous n’existerions plus » souligne Stéphane Kerdodé. Aujourd’hui ce produit se positionne aux côtés de géants comme Coca-Cola et Pepsi, et représente plus de 20 % de parts de marché en Bretagne.

 

> L’entreprise se positionne sur du premium

 

L’entreprise a lancé en 2015 une nouvelle bière (Lancelot Grand Cru). Au sein du site, le processus d’innovation s’effectue à travers un groupe de travail où chacun, en interne, peut apporter sa pierre. « Nous constatons à l’heure actuelle un regain sur les produits avec davantage d’amertume et un essor sur les bières houblonnées. Nous travaillons nos recettes pour répondre à la demande. Éric et moi faisons partie du processus d’innovation, avec dans la boucle les responsables commerciaux, production, qualité, produit, R&D… »

 

> Prochain challenge, développer l’export

 

Aujourd’hui 5 % de la production est exportée en Italie, en Suisse et au Japon et répond à des opportunités. L’entreprise réfléchit à une stratégie pour développer l’export face aux demandes croissantes. La Brasserie Lancelot et sa filiale Phare Ouest poursuivent leur développement sur le marché concurrentiel des bières et des boissons sans alcool, avec un CA affichant une progression de 30 %. Parallèlement à la success story de « Phare Ouest », les deux associés poursuivent la croissance de la partie brasserie, avec des bières naturelles qui reflètent l’âme de la Bretagne.

 

 

 

bouton-découvrir