Interview de Kalina Raskin,

         ingénieure physico-chimiste,

       docteure en biologie et chargée

       du développement scientifique

        du CEEBIOS (Centre Européen

       d’Excellence en Biomimétisme

                           de Senlis)

titre-ITW

Qu’est ce que le Biomimétisme ? 

 

Kalina Raakin : Le biomimétisme consiste a s’inspirer du vivant pour produire de l’innovation, mais il ne s’agit pas seulement de tirer parti des solutions et inventions produites par la nature.

 

Cette discipline offre des perspectives dans des domaines très vastes, en permettant de concevoir de nouvelles stratégies, des procédés et matériaux novateurs moins polluants, moins gourmands en énergie, recyclables et a moindre coût. C’est un outil au service du développement durable.

 

 

Avez vous des exemples concrets d’applications ? 

 

K. R. : Les applications peuvent couvrir différents domaines… l’aéronautique s’inspire de la structure cutanée du requin pour repenser l’aérodynamisme des avions, le bec du marin pécheur a influencé le profil aérodynamique du Shinkansen, le TGV japonais.

 

Le système perfectionné de galeries des termitieres a permis de réaliser des constructions dotées d’un système de ventilation naturel optimisant l’énergie…

 

On étudie la croissance des champignons pour produire des éco-matériaux à base de mycélium mais aussi pour dépolluer les sols.

 

En industrie, les robots se sont aussi largement inspirés du biomimétisme.

 

Et dans le domaine agroalimentaire ?

 

Nous voyons déjà des applications, à la source, à travers des pratiques agricoles, en utilisant le moins d’intrants chimiques possible, en restaurant de la biodiversité… dans le secteur industriel, en matière de robotique ou d’instrumentation, beaucoup de choses sont également réalisées en termes de biomimétisme, dans le domaine des TIC, la connectique ou les capteurs sensoriels…

 

 

photo ordi

 

 

bouton-retrouvez